Avec les métamorphoseurs de piano…

 

 

Souvenirs d'aiguillages sur le piano de Jérôme

Souvenirs d’aiguillages sur le piano de Jérôme

 

Jérôme, aiguilleur de piano

« Ce qui marque, c’est ce gros format, ce support surdimensionné, tu respectes ton support, c’est lui qui te dit ce que tu peux faire dessus. » Jérôme Favre, peintre mural, égayeur de façades grenobloises depuis une vingtaine d’années, s’est visiblement fait dompter par son piano : « Je n’étais venu qu’avec du matériel de peinture, j’étais vraiment parti pour que le piano ressemble à un piano normal. Mais après avoir vu Raoul et Joëlle… Je suis venu en tant que peintre et je vais ressortir plasticien », ajoute-t-il en riant. A écouter « ce voyageur assidu » qui refuse de prendre l’avion, on lui donnerait quand même bien aussi les fonctions de chef-aiguilleur : intarissables sur embranchements, mécanismes, gares et anecdotes ferroviaires, l’artiste connaît le train comme son pinceau : « Vu que ma thématique c’est le chemin de fer, je me suis dit tiens y’a moyen de transformer l’intérieur du piano, c’est la même chose qu’un poste d’aiguillage à l’ancienne, une touche de piano c’est comme un levier que tu enclenches. De fil en aiguille, le piano te surprend : au départ je voulais que cela soit fixe, et finalement on peut refaire des sons avec les leviers. On n’est plus dans un poste d’aiguillage, on est dans un piano d’aiguillage ! »

Lien vers le site de son collectif ici!

 

Clous, courbes et cougourdes pour le piano de Raoul

Clous, courbes et cougourdes pour le piano de Raoul

Raoul Gagliolo: Cicatrices africaines…

« C’était l’évidence, raconte Raoul Gagliolo: j’allais raconter la rencontre du piano et de la cougourde, ce végétal qui durcit comme du bois en séchant. En Afrique on l’appelle la calebasse. » Un matériau qu’il utilise dans toutes ses créations plastiques. Le scénario de la rencontre ? « Terrible. L’instrument représente un certain Occident. » Cicatrice, massacre, esclavage, souffrance, déchirure… « J’avais d’un côté un piano massif, lourd, empli de mécanique, complexe, de l’autre des calebasses légères, fragiles, élégantes. » Le plasticien franc-comtois emporte dans ses bagages cuir, ficelles, cordes… Et des clous ! Il découvre un piano « à moitié agonisant  », et après une opération nettoyage, s’attaque à l’instrument avec scie sauteuse, perceuse, ponceuse et même tronçonneuse. Au bout du compte, « le piano Occident gît sur le flanc, recousu, portant des stigmates d’un passé colonial peu glorieux, un cougourdon niçois a pris place devant quelques touches noires et blanches et pleure un bon vieux blues. Une sanza, le piano à pouces, trône au sommet, sous la protection de deux sagaies victorieuses… L’histoire nous impose des cicatrices », conclut l’artiste, qui a vécu toute la semaine une expérience « magique ».

Lien vers son site par!

...et glaise!

…et grès!

Jo des 4étages: Lichen et acrylique

Pour Jo des 4étages, « cette performance était un défi, une occasion en or. Je fais plutôt des petites choses, de la poterie, des modelages. Tout au long de l’année, j’ai fait des petites figurines de grès dont je savais qu’elles iraient sur le piano. Je ne voulais pas toucher à l’instrument. Je voulais le transformer par la peinture, les ajouts… » Comment s’est passée leur rencontre ? « J’ai tourné autour pendant deux heures… J’avais demandé à avoir un piano déjà poncé, je savais que j’allais faire de la peinture, à l’acrylique, pour que ça tienne bien. Tout ce que j’avais projeté, je ne le voyais plus du tout… Finalement, tout ce que j’ai peint sur les quatre faces, ce sont des voyages intérieurs. Des paysages imaginaires. Ce piano a voyagé partout avec les gens qui ont joué sur lui. Il s’est fait des idées du voyage. » De la peinture, donc, mais aussi des lichens, des bouts de ficelle, des queues de radis, des graines… Le piano sera fini lors de l’inauguration. « Il joue archi faux, mais il joue encore. J’ai écrit la partition du piano voyageur, destinée à être jouée une seule fois. Le piano vient de Longwy, où on fait des émaux très colorés. En référence, je vais mettre mes doigts dans la peinture et je vais jouer.  »

Lien vers son site juste là.

 

***

La longue métamorphose du piano jour par jour

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s